Wii, une révolution

Publié le par helel ben sahar

Sans avoir besoins de tester, de jouer, la Wii pose une nouvelle question au joueur sur son rapport au jeu vidéo. Nintendo a finalement décidé d’abandonner partiellement la course à la puissance, pour privilégier l’essence même du jeu vidéo et tenter de bouleverser les habitudes du joueur en mettant en place une véritable petite révolution. Ce travail se trouvait déjà à la base de la DS, qui ne s’appuyait pas sur une surenchère purement technique (sur ce terrain, la PSP remporte la partie), mais sur le gameplay en osant partager l’écran en deux et ajoutant un stylet aux croix directionnelles et boutons. Une politique qui implique d’oublier ses tics de joueurs et de se voir proposer des jeux différents. Pas plus beaux, mais originaux et surtout, qu’un usage basique de contrôle habituel n’autorisait pas. Et finalement de remporter la mise auprès du public sur le marché des consoles portables.

La Wii, longtemps appelée Révolution (et pour cause), va plus loin dans cette idée en changeant totalement l’instrument du joueur. Cette petite chose, relais entre lui et la machine comme extension factice de son propre corps. C’est dans ce rapport au jeu, dans l’implication du corps que Nintendo va puiser son idée. Une avancée qui joue intelligemment sur deux tableaux opposés, et qui seraient presque capable de les contenter pleinement.

La cible principale de la Wii est moins le hardcore gamer que le novice, souvent intimidé par la complexité de la manette, ces trop nombreux boutons qui imposent un effort que certains ne veulent certainement pas effectuer. Le point de non retour concernant le nombre de touches par manette a certainement été atteint (souvenez-vous, la manette Nes ou Mastersystem !), aussi, Nintendo décide de revenir en arrière, en les simplifiant et adoptant une nouvelle technologie. Ainsi, le non adepte peut espérer une prise en main rapide et obtenir des résultats satisfaisant en un temps record. L’appréhension qu’impose certains pads s’envole.

Pour le joueur aguerri, cette innovation est un pas de plus vers le saint graal. La console amoindrit l’espace entre le jeu et l’humain en introduisant ce dernier au cœur de l’action. Le pad comme extension devient enfin naturelle, comme le prolongement de nos extrémités. Et la relation avec notre avatar à l’écran peut enfin se révéler symbiotique. Si je lève un bras, le personnage le lèvera également. L’écran est un miroir, seule limite désormais entre nous et l’univers du jeu. Cette évolution implique notre corps instrument d’action. Nos réactions instinctives trouvent une résonance particulière puisqu’elles s’incarnent à l’écran. Les possibilités sont énormes, et le jeu qui offrira un concept assumant tout le potentiel de ce nouveau contrôle deviendra automatiquement un chef d’œuvre (Resident evil V ?).

Outre cette osmose qui parcoure le joueur en action, la fatigue devient également une part non négligeable du jeu. Parce que l’on joue avec notre corps - du moins sa partie supérieure, on est sujet à l’épuisement. Jouer à une simulation de sports comme la boxe devient une véritable épreuve autant cérébrale (le jeu comme unité de réflexion) et physique (nos mouvements comme actions). Une assimilation joueur/ jeu supplémentaire, puisqu’elle met en cause notre intégrité physique comme facteur de défaite (et plus seulement la fatigue nerveuse).

La Wii offre donc de nouvelles possibilités, une approche différente au jeu. L’implication émotionnelle et intellectuelle n’est dorénavant plus les deux seuls facteurs, mais la sensation physique, l’implication du corps répondent également au concept vidéo ludique. Une percée remarquable qui prouve finalement que Nintendo possède une réflexion plus poussée du jeu vidéo, qui n’est pas une simple vitrine technologique censée sublimer le réel par ses seuls graphismes, mais une rencontre entre un être humain et une histoire, un dialogue entre une conscience artificielle et humaine. Le monde du jeu vidéo vient de faire un pas en avant, non pas en améliorant sa représentation, mais en impliquant physiquement le joueur. Quelle est la prochaine étape ?

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article