Le mur

Publié le par helel ben sahar

Un nouveau jeu télévisé sur TF1 place un candidat, seul, face à cent personnes. Une place intimidante, difficile en effet, de tenir tête à autant de monde en même temps. Petit poucet contre une foule qui, s’appuyant sur leur nombre conséquent, tente de le déstabiliser au maximum pour repartir avec le plus gros gain possible. Car si le jeu repose essentiellement sur une série de QCM de type Qui veut gagner des millions, le réel enjeu est avant tout psychologique. L’air de l’humiliation physique des réals émissions X-factor ou L’île de la tentation semble avoir temporairement prit fin. On n’attaque plus sur les performances du corps, on ne se moque pas d’une condition, mais de la capacité ou non à répondre correctement à une question. Il devient alors un peu cruel de voir ainsi se déchaîner autant de personnes contre un seul candidat. Mais c’est sans compter sur la volonté perverse de TF1 de gommer la part masochiste de leur émission en renversant la vapeur. Le candidat ne se tient pas chétif derrière son pupitre, accusant les vindictes lancées à son encontre. Au contraire, il s’esclaffe, harangue, jette à son tour son lot d’insultes déguisées en bon mot pour mettre à mal la supposée cohérence du mur. Et de cette attitude insolente et désinvolte, il vole progressivement l’argent censé revenir aux cent personnes.

David contre Goliath, un concept intéressant qui tend à vouloir donner la force nécessaire aux petites gens pour affronter plus grands, plus forts et plus nombreux. Qu’est ce qui prend ainsi TF1 de vouloir protéger les petites gens ? De vouloir leur donner les moyens de s’élever contre cent personnes. L’humiliation hebdomadaire du Maillon faible qui place un bonnet d’âne sur la tête des candidats n’est plus invoqué, ou indirectement. Car c’est finalement dans le mur que les intentions sadiques de la chaîne se retrouvent. Le mur n’est pas composé de quidams pris au hasard, il est constitué d’un ensemble de corps de métiers. Juristes, pompiers, etc.…. et blondes. Voilà le doigt tendu moqueur que TF1 place insidieusement, encore plus qu’un autre. La chaîne joue sur le stéréotype grossier qui consiste à voir dans cette particularité capillaire la raison d’un éventuel échec intellectuel. Se conforter dans l’humour gras que la chaîne affectionne. Et surtout, amusez la galerie des beaufs se bidonnant devant une émission vulgairement complaisante.

Le mur est le jeu que la chaîne se devait de posséder. Un concept qui n’a rien de nouveau pour s’assurer de gimmicks que TF1 a fait ligne directrice. Car l’élégance du petit contre les brutes n’a finalement rien de glorieux dans une mise en situation un peu gladiatrice, censée amusé la plèbe en enlevant l’uniformité des échanges. Lancer des insultes à une assemblée possède cela de jouissif, certainement la glorification individualiste que recherche le candidat en plus de la coquette somme d’argent à la clé. Mais cette force aussi éphémère que factice doit amuser – on n’ose parler d’envie – le spectateur pour qu’il puisse en redemander. Peut-être formule t-il secrètement l’envie lui aussi, de devenir grand et fort l’espace de quelques minutes, de pointer du doigt sans distinction particulière, une centaine de personnes tout en se moquant d’eux, crachant sur leur inculture et leur bêtise. De toute façon, que ne ferions nous pas pour de l’argent ?

Publié dans Humeur

Commenter cet article