Memento Mori - chapter XIV

Publié le par helel ben sahar

Un dernier voyage. Du papier au marbre. Un dernier plongeon. Vision d’en bas. Autour tout s’affole, s’effraie. Et s’attriste.

Un pèlerinage. Un souvenir. Une rencontre. Le temps émaille, affine et creuse. Et l’herbe continue de pousser. Et les tombes de fleurir.

Parfois c’est un mouchoir que l’on oublie. Un livre. Des mots que l’on offre au vent. En espérant vaguement qu’ils soient captés. Et si c’est un inconnu. Qu’il les garde précieusement. Qui sait quand les prochains reviendront ?

On y laisse un peu de soi à chaque fois. Un peu de nous. De notre raison ou de nos larmes. On étouffe les sanglots et les cris. On enterre. On s’enterre. Sans jamais pouvoir les retrouver.

Et puis on commence par oublier. Juste une fois. Si ce n’est qu’une fois. On finit par s’habituer d’oublier. On prétexte. Pour s’excuser. Ou se pardonner.

Finalement, on finira tous par se rejoindre. La rejoindre, le rejoindre ou les rejoindre. Car même si ce n’est pas écrit ou gravé. On connaît tous un peu la fin…

Publié dans Memento Mori

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article