Provocation

Publié le par helel ben sahar

Heureuse coïncidence ? En première partie de la nouvelle de tournée d’Iron Maiden, officiera Trivium. La nouvelle en elle-même ne vaut même pas que l’on s’y attarde. Si ce n’est sur un peu évident rapport entre les deux groupes. Et par définition un public peu réceptif. Si Trivium attire ici l’attention, c’est par cette similitude prononcée entre son chanteur et James Hetfield de Metallica. On se souvient encore des joutes verbales par interviews interposées qui opposaient les Four Horsemens avec la Vierge de Fer. Elles firent le bon temps des magasines métalleux et le plaisir manifeste des lecteurs s’engageant dans la voie de leur groupe fétiche ou s’amusant de cette gloriole.

Il devient alors tentant de percevoir une volonté à peine déguisée de la part de Maiden de déterrer la hache de guerre avec cette nouvelle provocation. Cette invitation cacherait-elle en réalité une pique sournoise lancée à l’encontre des Américains ? Difficile en effet de ne pas percevoir le choix d’un groupe avec cette particularité clonique comme un tacle réduisant le combo à une condition de vulgaire groupe chauffeur de salle. Les anglais annoncent la mise au placard de Metallica – même si les deux groupes ne jouent plus tout à fait dans la même cour- à tous leurs fans. Nul ne serait réellement tenir compte de cette farce, mais on espèrerait presque que les américains répondent à cette bravade avec l’annonce de leur première partie lors de leur prochaine tournée.

Toujours est-il que Iron Maiden représente aujourd’hui un groupe phare de l’actualité métalleuse et a prouvé qu’il a su remonter la pente après la débâcle des épisodes Bailey – ce dernier n’est bien évidemment pas le seul responsable de cette mésaventure et le retour de Dickinson et Smith y est pour beaucoup. Le groupe anglais enchaîne les disques à un rythme soutenu (un peu trop, également, les deux opus suivant Brave new world restent perfectibles et parfois précipités) et les tournées fleuves. Comparé aux Américains, c’est Byzance ! Ces derniers multiplient les déconvenues (leurs concerts restent excellents pour la plupart, et la découverte du documentaire Some kind of monster les présentait – enfin ! – sous un jour humain, fragile et attachant). On ressent l’impatience poindre avec la sortie prochaine de leur nouvel album, qui sonnera peut-être le glas d’un groupe en difficulté. En attendant, on ne manquera pas de sourire en écoutant Trivium en première partie de Maiden, avec une pensée malicieuse pour leur rival américain. Et si un jour Metallica effectuait réellement la première partie d’un concert de Maiden ?

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article