Forgotten Tomb - Love's burial ground

Publié le par helel ben sahar


Entre les cris hystérico-dépréssif à connotation haineuse et l'atmosphère lourde d'un cimetière en décomposition, les plages successives que composent cette ode à la mélancolie possède une magie palpable et la capacité à instaurer des visions personnelles toujours teintées de tristesse contemplative.

On ressent de la douleur, de la souffrance dans ces vocaux écorchés, et la condescendance plaintive des guitares, parfaits pillier pour supporter l'édifice posé en équilibre sur une batterie toujours discrête, mais paradoxalement imposante dans ses rythmes pachydermiques tout droit emprunté au doom.

Chaques perceptions de ce titre relève d'un environnement personnel composé de souvenirs douloureux et de larmes séchées, chaque minutes qui s'égrennent apportent le réconfort sournois, de celui qui précipitera la chute.

Combien de fois suis-je mort en écoutant alone ?

Il serait réducteur de restreindre l'album à ce seul titre. Mais le reste, toujours de bonne facture, même s'ils se laissent aller à une certaine overdose dans la longueur et des intermèdes maladroits, devient plus anecdotique, déviant, jusqu'à ressembler un tableau redondant.

Publié dans Musique

Commenter cet article