Kickback de david Lloyd

Publié le par helel ben sahar


Projet spécifiquement produit pour la France par la maison d’édition Carabas, Kickback est l’œuvre de David Lloyd, bien connu pour ses talents de dessinateur, notamment sur l’immensément reconnu V pour Vendetta scénarisé par Alan Moore (que l’on ne présente plus). A la fois scénariste et dessinateur sur Kickback, cette bédé représente un vieux rêve pour Lloyd, celui de proposer une histoire de détective, s’inscrivant dans la lignée des films noirs. L’histoire raconte l’enquête sur le massacre de dealers dans une ville sombre où la police est toute plus ou moins corrompue, à force de passer des marchés divers avec les différents trafiquants. Dans cette ville, petite sœur d’une Gotham city, la découverte de dealers massacrés est monnaie courante, mais quand cela concerne aussi les profits de la police elle-même, cette affaire créé un véritable engouement.

Le personnage principal, Canelli, est un flic qui s’est noyé dans la masse de la police et possède une certaine respectabilité. L’auteur ne nous présente pas un policier intègre, mais un homme qui a profité des avantages comme tout le monde, et ne soucie pas trop de l’aspect morale de son métier (son passé en tant que flic est loin d’être tout rose). Toutefois, Lloyd ne surligne pas trop le trait pour nous en faire un salaud notoire, mais un homme qui prend les avantages et intérêts comme il se présente, et se conduisant de manière tout à faire charmante. Point de manichéisme ou d’anti-héro primaire, mais un être humain tout simplement, qui peut paraître faible devant la tentation. De plus, l’auteur prend soin de construire son personnage grâce à ses proches (petite amie, oncle et tante). En imposant également une expérience passée traumatique, il ajoute une dimension supplémentaire qui supplante finalement l’intrigue principale.

Ainsi, l’histoire débute par une case pleine page qui illustre un cauchemar récurrent de Canelli. Tout le talent du dessinateur explose dès cette première page. Un travaille énorme sur la couleur (mélange de traditionnel et d’informatique), un trait minimaliste qui rend parfaitement l’aspect onirique de la situation et un cadrage qui joue avec notre perception ainsi que la perspective. Passé ce prologue aussi simple que pertinent, on entre de plein pied dans cette sombre histoire. L’ambiance film noir est reconnaissable au ton, aux couleurs employées ainsi qu’à la caractérisation des personnages. Le rythme est soutenu, sur un fil toujours tendu, mais Lloyd s’autorise quelques moment plus contemplatifs en rapport au passé et au rêve de Canelli. Ces intermèdes représentent bien vite un intérêt vivace où l’auteur joue admirablement avec le suspense. Associé avec l’enquête policière, le récit joue sur deux tableaux et imposent l’envie chez le spectateur à chaque case d’en savoir un peu plus.

Le découpage classique apporte un confort de lecture évident, mais surtout impose des cadrages serrés et toujours précis. Le dessinateur expose des plans remarquables, très cinématographiques. Des cadres à l’intérieur d’une voiture, par delà le pare-brise, des champs contrechamps lors de discutions et un découpage énergique pour les scènes d’actions complètent un dessin juste et impeccable. Les couleurs sont parfaitement travaillées, dans des tons relativement sombres et flous.

Kickback est un récit simple mais maîtrisé du début à la fin. Aussi bien au niveau du scénario que du dessin, rien n’est laissé au hasard. Les personnages, relativement nombreux pour un nombre de pages limités, sont tous construits, possèdent une profondeur et existent sur le papier. On se sent concerné par eux, et leur utilisation à un moment de l’histoire possède une pertinence remarquable. Réduire ainsi son récit, pourtant assez complexe et riche, à un peu moins d’une centaine de page sans que l’intrigue paraisse nébuleuse ou trop vite expédié est un petit tour de force. Lloyd prouve qu’en plus d’être un excellent dessinateur, qu’il est également un scénariste inspiré. Kickback est une franche réussite qui ne repose pas sur le hasard, mais sur un travail réalisé avec attention et intelligence.

Publié dans BD

Commenter cet article